Tuesday, March 01, 2005

Maximilian Hecker / Pokett / One-Two au Café de la Danse (280205)

Triple affiche pour finir ce mois :
- tout d'abord Pokett, grand garçon sympathique et un peu maladroit, qui enfile des chansons tristes accompagné de sa seule guitare et dans un anglais à peine moins approximatif dans sa grammaire que dans son accent. Ce n'est pas que ce soit totalement mauvais ou irrépressiblement antipathique, c'est juste que c'est quand même léger ;
- pour suivre, One-Two, quatre gars qui participent à un retour des costumes classiques, une correction vestimentaire qui n'est malheureusement pas l'apanage de la plupart de leurs collègues, et qui est hélas ruinée par des cravates mal nouées, voire des pans de chemise dépassant du pantalon. Quand ils ne sont pas occupés à s'habiller en faisant de l'humour, ils font de la musique en faisant de l'humour, ce qui implique des blagues drôles de temps en temps, et des comptines pop fauchées chez Blur, mais en plus flou puisque c'est du sous-Blur : paroles moins maîtrisées (mais pleines d'humour) et arrangements pleins d'énergie (et d'humour) mais un peu approximatifs. Heureusement, ça décolle vers la fin du concert : le tempo s'accélère, on arrête de prêter attention aux paroles, le groupe commence à fonctionner comme tel... On aurait tendance à les classer avec Pokett dans la catégorie des gens qui nous sont sympathiques, et nous le seront encore plus quand ils se décideront à chanter en français - je suis quand même curieux de mettre la main sur un album (le stand à la sortie ne vendait que du Hecker) ;
- et enfin la star de la soirée, le berlinois chéri de ces dames, impeccable avec ses os moulés dans un pull blanc, entouré d'un groupe apparemment plus "pro" que la dernière fois dans ces lieux. Je n'ai pas une très bonne connaissance de sa discographie, mais j'ai eu l'impression qu'il jouait surtout des titres du dernier et troisième album au début, avant de se plonger dans les vieux titres ensuite, mais je n'ai pas reconnu mon morceau (de loin) préféré, "Infinite love song". Quatre rappels pour faire plaisir à une salle pleine de fans, dont Song For Kate Moss dont il nous expliquera dans son neuropéen caractéristique (et manifestement craquant pour la gent féminine surreprésentée ce soir) qu'elle était prévue pour Chan Marshall, et puis s'en va, laissant l'impression d'un beau cristal, techniquement parfait et aussi pur que sa voix haut perchée sous son voile, mais un peu trop froid - impression se dissipant à chaque fois qu'il se retrouvait seul avec sa guitare ou son clavier (avec gros morceau de scotch pour dissimuler la marque), pour revenir dès que ses musiciens viennent exécuter une volée de post-rock techniquement parfait.
Un jour, ce garçon fera probablement de très belles choses. En attendant, on se contente de chercher sous de jolies choses des morceaux de beauté, et comme on en trouve parfois ce n'est pas si mal.

(Photos : http://www.nonewsweb.com/photos/)

2 Comments:

Anonymous lbf said...

salut Gwendal, je passais ici rapidement (j'ai perdu l'habitude de lire et écrire du weblog), en m'amusant que:
- tu sois allé voir Maximilian Hecker, comme un de mes bons potes de fac (qui s'est manifestement ennuyé)
- Tu fasses un lien vers un blog de photos où figurent ce soir tout en haut les photos de Bright Eyes + Rilo Kiley, où j'étais hier soir.

Small world.
Si tes oreilles t'en disent, j'ai vu il y a un an Logh (1ere partie de Death Cab For Cutie), et ils passent à Paris le 28. Un petit tour sur ton p2p préféré te convaincra peut-être.

(sinon the Radio Dept. c'était vachement bien)

Enfin bon. Vale.

10 March 2005 at 00:24  
Blogger gwendal said...

(pense à donner un email la prochaine fois...). Ennui est peut-être un peu fort, mais je comprends. François Hadji-Lazaro ce soir, devrait être moins ennuyeux...
Le blog en question est celui d'un membre de la NowPlaying liste, qui concentre l'essentiel du peu de temps que j'ai désormais et à mon grand regret pour toutes ces manifestations virtuelles...
Connais pas Logh, mais juste assez mon emploi du temps pour savoir que c'est rapé...
Bright Eyes, le peu que je connais m'énerve franchement, donc je passais, mais Rilo Kiley, si les échos du concert sont aussi bons que l'album, j'irai probablement les voir la prochaine fois...
Et The Radio Dept aussi il faut que j'essaie d'écouter pour voir à quoi ça ressemble.
Ce sera probablement un nouveau groupe indie-pop machin qui finira dans la poubelle en 5 secondes chrono, mais bon.

11 March 2005 at 17:08  

Post a Comment

<< Home