Tuesday, March 08, 2005

Paul Virilio – Ce qui arrive

Le moins qu’on puisse dire du dernier Virilio c’est qu’il ne respire pas la joie de vivre… Le titre ne prend pas des allures prophétiques pour rien, « Ce qui arrive » c’est que l’humanité se retrouve coincée entre une marche en avant forcément mortelle (au bout de l’accélération, le crash, Virilio le répétait déjà dans Esthétique de la Disparition) et une marche en arrière condamnée à l’échec (puisque négation de tout ce qui s’est passé) : dans les deux cas, une course vers le néant, à force de mettre des machines entre nous et le monde c’est notre substance même qui disparaît… à chaque nouvel assaut, c’est notre conscience, donc notre être, qui devient plus fragmentaire.

Virilio a un gros avantage sur le Debord des Commentaires sur la Société du Spectacle : il évite à la fois la paranoïa, l’auto-cirage de pompes et le côté désordonné du prédicateur fou. Au contraire, ce court essai est relativement construit même si la structure reste fluide, et l’auteur s’appuie sur une lecture intelligente et précise des événements récents (11 septembre, progrès de la bioéthique), les replaçant à chaque fois dans le cadre de ses essais précédents - on ne peut qu’apprécier qu’il offre une vision intéressante et assez originale de thèmes pourtant rebattus ces derniers mois, même sans être toujours d’accord avec ses positions (ce qui est mon cas en particulier sur le « mondialisme » ou la « muséomanie »), et même s’il est dommage qu’il se contente de décrire l’impasse sans proposer de porte de sortie.

0 Comments:

Post a Comment

<< Home