Sunday, March 13, 2005

Broadway Danny Rose - Woody Allen

1984 : le moins qu'on puisse dire, c'est que la couleur est arrivée au cinéma depuis longtemps, Woody Allen continue quand même à faire des films en noir et blanc, un fétichisme qui sied particulièrement à ses accès de nostalgie. Ici, c'est tout un petit monde des agents de Broadway qui ressurgit à l'occasion d'une bouffe entre anciens de ce milieu, entre numéros pathétiques, chanteurs alcooliques et autres artistes foireux - la grande beauté du film résidant moins dans la course-poursuite nonsensique qui constitue le coeur du film que dans les dernières scènes, Thanksgiving entre artistes ratés mais filmés avec la même tendresse et la même humanité que les Freaks de Browning, puis cette course en plan large dans un New York où la vie s'écoule...
On a souvent accusé Allen de pratiquer un cinéma narcissique et égocentrique ; difficile à croire quand on voit ce concentré d'humanité...

À noter aussi, deux apparitions remarquées, Sammy Davis Jr saluant du haut d'un char de la parade de fin, et Dick Hyman à la musique...